Films 2016 : Au commencement était la mer - Maebashi no Uta - Le bar du théâtre -
L'ombre nue - Viande crue - MaelströmAigre-doux
Trouver MFenrir Existe -
À l'abri

Pour toutes informations sur les films d'animation de l'Ensad et leur diffusion :
Laure Vignalou
T
: 01 42 34 98 03
M
: laure.vignalou[at]ensad.fr

PROMOTION 2016


Au commencement était la mer

Charlotte Arene

  
    

Durée: 10'25"
Technique Papier découpé, peinture animée, techniques numériques mixtes.

Synopsis:
La parole de Dieu s'adresse à Jonas ; Jonas s'enfuit en mer pour ne pas l'entendre.
Une tempête le précipite dans le ventre d'un poisson gigantesque, dans lequel il passera trois jours et trois nuits. Son voyage le mènera à interroger le contenu des mers, des cieux...
et du cœur des baleines.


Maebashi no Uta

Nevil Bernard

   

Durée : 9'12"
Technique Stop Motion, Maquette, Prise de vue réelle.

Synopsis :
En Octobre 2015, ma grand-mère maternelle m'a écrit une lettre. Ce film est une réponse à cette lettre. À travers l’évocation par la narratrice d’une enfance passée dans les années 1940 aux abords de la paisible ville de Maebashi, au nord-est de Tokyo, des souvenirs se dévoilent peu à peu, se brouillent subitement pour disparaître aussitôt.


Le bar du théâtre

Aude David

 

Durée : 6'

Technique : Dessin animé

Synopsis :
Le bar du Théâtre est un espace où j’exerçais plusieurs soirs par semaine la fonction de serveuse. La particularité de cet endroit résidait dans le fait qu’il soit un espace de passage totalement dépendant du Théâtre où les comédiens et les spectateurs ne cessaient de se croiser. Il ne s’agit pas d’un bar classique, dont l’unique rôle se résume à servir des boissons, c’est au contraire un lieu-charnière entre le théâtre et la rue, le silence et le bruit, la fête et l’attente. C’est un espace qui recèle de multiples fonctions. Au-delà de l’automatisme aliénant de ce travail, j’ai découvert que la place que j’occupais pouvait être aussi une zone formidable d’observation. Cet endroit de passage dont l’apparence première peut paraître anodine, est finalement un concentré d’instants de vie. J’ai voulu évoquer à travers un regard décalé ce spectacle vivant qui s’offrait à moi durant de longues heures certain soir. Le Bar du Théâtre est le portrait subjectif de ce lieu particulier…


L'ombre nue

Julie de Halleux


Durée : 8'22"

Peinture à huile et animation numérique.

Synopsis:
Une jeune fille traverse une forêt à la poursuite de son ombre qui lui échappe.
Elle y découvrira son corps de femme et l’amour. Ce film est un conte érotique.


Viande crue

Grégoire Delzongle

Durée : 12'
Technique : Photogrammétrie, 3D, Plastiline, Vidéo.

Synopsis:
VIANDE CRUE invite à la découverte d'un chien et de son éducation au travers d'une balade mélancolique et romanesque, au cœur de la mémoire, pas très loin de l'estomac.


Maelström

Pierrick Greibill


Aigre-doux

Anne-Lise Nemorin

Durée : 7'
Technique : Animation 2D traditionnelle sur papier, crayon de couleurs, aquarelle.

Synopsis:
Une fillette assiste à la préparation d'un repas de famille. À travers les sensations que la nourriture dégage, elle perçoit les tensions familiales et tente de les résoudre à sa manière.


Trouver M

Lola Perez Guettier

Durée: 9'52"

Technique : Prise de vue réelle, compositing, maquettes volumes, pixilation.

Synopsis :

Trouver M est une déambulation, une plongée dans le métro dans laquelle je me mets en scène. Je pars à sa découverte pour acquérir un autre regard, détaché de sa fonction première, me laissant ainsi surprendre par les richesses dont regorge cette scène.



Fenrir Existe

Antoine Presles



Durée : 8'10"
Technique : animation traditionnelle, peinture animée.

Synopsis:
Une foule d'étudiants se sont rassemblés sur une plage pour assister à un concert de fanfares. Le jour s'étire, il fait encore très chaud. C'est le dernier soir du monde, et le grand loup Fenrir ne tardera pas à tout dévorer.


À l'abri

Shin Jinkyeu


Durée : 5'20"
Technique : Dessin avec le fusain et la gomme, Mixage avec le dessin et vidéo.

Synopsis:
Les cheveux, représentent le temps et l'affection psychologique. Ils constituent un moyen d'expression et de protection. Ils génèrent rapidement l'obscurité´ et forment un espace personnel. La sensation que donne les cheveux a` la peau, ou leur contraste chromatique avec elle, peuvent me permettre de visualiser l'image de l'espace intime. Les cheveux entrelace´s avec ceux d'autrui et le me´lange des images et des espaces signifieraient a` la fois le conflit frontalier entre l'espace intime et la socie´te´ d'une part, et le potentiel d'e´largissement de l'espace intime d'autre part. Les cheveux peuvent e^tre endommage´s, voire coupe´s, lors de la rencontre avec les autres (la socie´te´), mais ils se re´ge´ne`rent et repoussent. Ce phe´nome`ne me permet de traiter le temps. Il est inte´ressant d'exprimer que la coiffure change la forme de cheveux (mon apparence), mais que leur racine (mon identite´) reste intacte. Je voudrais raconter une histoire de l'homme console´ par l'espace intime qu'il cre´e lui-me^me avec son propre corps et a` sa propre manie`re.